21 mars 2009

A l'abri des autres

J'étais donc cet après-midi, en ville. Profitant d'une escapade de ma sœur dans les magasins cuir-fourrures-blackXS, je m'assis un instant pour observer le passage incessant des consomateurs. En un quart d'heure, j'ai vu un échantillon de la population belfortaine, parfaitement à l'image de la France d'aujourd'hui. J'ai vu la France se promener. Des papis, des mamies, amoureux encore après soixante années, emmitoufflés dans leurs manteaux matelassés démodés, stupéfaits par la jeunesse d'aujourd'hui. Des pauvres, aux vestes rapées et à la barbe mal rasée; des alcooliques, à l'odeur forte; des mamans avec leurs enfants hyperactifs; des grand-mères dépassées par les évenements; plusieurs prototypes du bel-homme : la quarantaine, le grand manteau noir, bien coiffé, bien rasé, écharpe colorée, jean moderne; des dames aux cheveux cachés par le voile, des jeunes ... Des pétasses-cuir-paillettes-fourrure-black XS avec des minets aux lunettes de soleil surdimentionnées, des coquettes, les baba-cools, avec les dreadlocks et les vestes hindoues, les gothiques, aux talons en acier, les filles aux robes en dentelle noire. Les artistes, de tout âge : les photographes, avec la sacoche ; les peintres, à l'air rêveur et au beret, les incompris, qui essayent de se démarquer des autres. Les couples, les vrais, ceux qui durent, et les faux, ceux qui sont juste pour un soir. Une prostituée. Un grand banquier, costume-cravate trop parfait. Un faux riche, sortant la gold de sa poche pour regarder l'heure sur sa Rolex marocaine. Les superficiels. Les malheureux. Les heureux. Les manifestants. Les malheureux. Les dépressifs. Les amoureux. Les avares. Les rêveurs. Les pauvres.
Tous ces gens, qui pensent ... Leurs existences qui se mêlaient les unes aux autres, comme de gros vers, de grosses masses informes, passaient à mes côtés ; la mienne fusionnait avec quelques unes, fuyait les autres. J'avais peur de la plupart. Mais, quel monstre suis-je pour considérer ainsi ces hommes, ces femmes, dont je connais rien ? Je me sentais seule ; aucun contact, de la froideur, aucun regard. Comme un mur. Comme un déchet de la société. Comme un clochard.

001

e    n    v    i    e    d'    u    n    e    l    e    t    t    r    e    d'    a    m    o    u    r     ?

L.O.V.E.
(Lutte Obsessive pour le Véritable Espoir)

(je raconte ma vie sur l'autre blog.)


Posté par nuageetcailloux à 19:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur A l'abri des autres

    société d'individualiste...
    on ne vaut pas mieux les uns que les autres.

    Posté par Amethyst-a, 21 mars 2009 à 20:02 | | Répondre
  • Certains valent mieux que la masse sociale, si ; simplement, nous ne les remarquons pas immédiatement, ils sont trop discrets.

    Posté par marine, 21 mars 2009 à 20:23 | | Répondre
  • Moutons électriques...

    Euh, pas d'accord avec toi, Amethyst-a...

    Le malheur de ces gens (qui se la jouent, se la pètent - en copiant servilement et inconsciemment les minables pipôls et sous-pipôls des télés - ou deviennent malheureux avec leurs fausses Rolex en espérant "un jour la vraie"... ), c'est le CONDITIONNEMENT (leurs représentations du monde deviennent peu à peu semblables à des plats surgelés... )

    Vois comment finit un Sarkozy qui ENFIN arrive à "se payer" un jour la République comme le gamin qui bavait d'envie devant le train électrique des vitrines de noël... !

    La vision de Marine est non pas "la bonne" mais elle est juste : des gens qui ne pensent qu'à l'apparence qu'ils veulent donner sont des morts en sursis...

    Ce défilé d'humanoïdes (rêvant un jour de moutons électriques) sur les trottoirs des villes "sent" souvent le VIDE (comme ces mannequins anorexiques des défilés "de mode" aux allures de figurants dans "La Nuit des Mots-vivants" de Georges A. Romero... sorti en 1968 !)...

    J'ai fui les villes entre autres pour cette raison : l'espèce humaine finissait par me saturer, je rêvais de chevaux, d'écharpes de brume sur les flancs de montagne... etc.

    Cependant un Grand Mystère demeure, chère Marine, qui me préoccupe soudainement en ma Haute Plouquitude : mais que sont "les cuir-fourrures-blackXS" ? (rires)

    Très beau dimanche EXTRA-befortien et bises à toi...

    PS : "Do androids dream of electic sheeps ?" (196 est un roman génial de Philip K. Dick qui inspira Ridley Scott pour son meveilleux film "Blade Runner"...

    Posté par dourvac'h, 22 mars 2009 à 09:00 | | Répondre
  • aah, les cuir-fourrures-blacksXS sont des nanas moches, qui se croient trop parfaites, avec leurs jeans moulants, leur blouson en cuir avec capuche à fourrure qui leur a coûté les yeux de la tête, le petit sac à main très pétasse blanc OU noir avec, la petite plaque rivetée de la marque dudit sac à main et le vernis, indispensable.
    Le parfum essentiel de ces jeunes gens est inconditionnellement LE black XS de Paco Rabanne pour fille, dans un flacon très moche, au mauvais goût de la beaufitude, et qui sent à trois kilomètres à la ronde. Il est clair, qu'on ne peut pas être considérée comme membre de leur clan, sans le black XS.
    J'allais oublier. Le maquillage un peu trop utilisé, une énorme couche de fond de teint, de l'eye-liner mis à la truelle, et du mascara comme dans les pubs. Évidemment, le tout rehaussé par les-cheveux-lisses ! (woouhouh)

    Bref. En gros, les cuir-fourrures-black XS sont une catégories de jeunes très vulgaires, qui ne se rendent pas compte que les mini jupes ou les bottes extras moulantes ne vont pas à tout le monde. Leur langage est affreux. "tu peux pas test gars" "ouech, sur le coran dla Mecque, mec, jte jure sur le coran dla Mecque". "Teubé", "Zeubé".... bref, y'en a, même si je les côtoie tous les jours, je ne sais toujours pas ce que ça veut dire.

    Pour le PS : je me disais bien que ça me disait quelque chose, cette histoire de moutons électriques ...
    Bon dimanche à toi aussi ...

    Posté par marine, 22 mars 2009 à 12:02 | | Répondre
  • On va me trouver ringard, a cheval sur le vocabulaire mais j'ai du mal (doux euphémisme ) avec le terme "petasse"...

    Moi je l'aime bien mon BlackXS...

    Ce n'est pas par ce que l'on est fier de se démarquer au plus des tendances générales qu'ils faut pour autant insulter et stigmatiser ceux qui n'agent dedans...

    Posté par adrien, 23 mars 2009 à 22:43 | | Répondre
  • Nan, mais c'est amical, comme terme ... Enfin, des fois... J'AVOUE, J'AI ETE VULGAIRE.


    Et moi aussi, j'aime bien, quand tu mets du black XS, tu sens bon, après. Juste, que. C'est l'accessoire indispensable pour les cuir à fourrures.Mais, t'es pas un cuir à fourrure, toi.

    Et puis ..."Si je n'ai pas la prétention de sortir du lot, j'ai au moins celle de ne pas en faire partie". Grégoire Bouiller a dit ça.

    Posté par marine, 24 mars 2009 à 21:28 | | Répondre
  • C'est pas pck t'aimes pas Black XS qui faut qu'tu dises qu'il est fait pour des putes...

    Pis pareil, jmets bien des mini jupes et je sais bien que ça va pas à tout l'monde. On est pas conne. Et les "wesh", laisse les parler comme ils veulent.

    Posté par Laura, 10 mai 2009 à 14:28 | | Répondre
Nouveau commentaire