Des nuages et des cailloux

20 mai 2009

Vivez chaque instant. Vous aurez l'inpression d'être immortels.

"A six ans tu portais un col dur, ça devait racler ton cou de poulet et puis tout un habit de velours avec une lavallière. Quel beau petit homme, quel enfant sage ! Ce sont les enfants sages, madame, qui font les révolutionnaires les plus terribles. Ils ne disent rien, ils ne se cachent pas sous la table, ils ne mangent qu'un bonbon à la fois, mais plus tard, ils le font payer cher à la société. Méfiez-vous des enfants sages !"

(Les mains sales, J-P Sartre.)


bleh


je fais une pose dans ce blog ; plus le temps, plus l'envie. Le couteau du bac sous le cou, il me faut de bons résultats pour pouvoir rentrer à khâgne. Donc, j'espère avoir été une enfant sage, et n'oubliez pas de faire le bon choix pour les élections européennes...
Et, je continue toujours ce blog .

Je t'aime tant - Léo Ferré

Posté par nuageetcailloux à 18:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]


03 mai 2009

Come back.

Après cette longue absence, je reviens, de vacances en Toscane. Florence, Sienne, Pise, toutes ces villes, rayonnantes de culture et de passé au Soleil ... C'était magnifique.
Mais pourtant, cela me met mal à l'aise. A presque dix-sept ans, j'ai déjà vu plus de la moitié des pays de la Méditerranée. Alors que beaucoup trop de jeunes de mon age sont les prisonniers des tours de béton. Ma naissance dans cette famille me donne le droit à une ouverture culturelle que d'autres n'ont pas. Cette injustice me dégoûte, pourquoi moi, pourquoi pas eux ? Ils sont aussi des jeunes, ils font aussi des études, mais ils ont pas ma chance.  Parce que je suis la fille du docteur, parce que je suis en photo dans son bureau, déguisée en petit clown.
Mais, nous sommes tous des petits clowns, conditionnés par ce trésor, qui mène à l'ivresse, à la disgrâce, au Spleen, à la gloire. Ce trésor qui fait tourner le monde, qui décide du plus fort et du plus faible, qui fournit les armes pour bien faire la guerre correctement. Pour servir Le Grand Capital.
J'ose espérer qu'il existe encore des réalités qui ne s'achètent pas.

toscane_170

Posté par nuageetcailloux à 13:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

19 avril 2009

fondation Beyeler

Ce week-end, j'ai fait un petit tour à la Fondation Bayeler, à Bâle. Cette galerie regroupe des œuvres de peintres modernes, tels que Léger, Picasso, Monet, Wahrol, Calder, Klee, Ernst, Van Gogh, Mirò ...
Le but premier était de voir l'exposition actuelle sur les arts premiers africains, mais nous avons passé plus de temps dans la galerie permanente.
J'avais pensé pouvoir voir quelques œuvres de Dali et Magritte, mes peintres préférés, mais, rien d'eux ...

les_id_es_claires

Les idées claires, René Magritte


Bref. Ça n'est pas bien grave, c'était vraiment intéressant. Entre copines, on peut partager nos points de vue sur les œuvres, commenter. Tout seul, on se plonge dans un monde, ou l'artiste parle à celui qui regarde ... Quand l'ami entre dans le cercle, c'est bien mieux.
Donc, allez à la Fondation Bayeler; Belfort, c'est à une heure de Bâle, ça n'est pas loin. Et, surtout, emmenez des amis, c'est plus sympa, et plus enrichissant.

Posté par nuageetcailloux à 18:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 avril 2009

le pas-très-saint

Tout le monde connait Benoit XVI pour ses paroles affligeantes à propos du préservatif et du sida, sur l'affaire des intégristes, mais alors, qui pouvait savoir que derrière le Saint père se cachait un extrémiste ?
Un député autrichien a découvert un texte signé de sa main, paru en 1998 dans une revue d'extrême-droite, Die aula ... La revue négationniste et révisionniste est la favorite des néo nazis autrichiens, dont le tristement connu Jörg Haider.
L'article s'intitule "Freiheit und Wahrheit" ; ce ramassis d'idioties est dispnible ici, si, ça vous tente.


Benoit_XVI


Faut avouer qu'il fait peur, et qu'il a vraiment pas l'air sympa, celui-là.
Il a pas dû lire beaucoup Montaigne, le pauvre bonhomme.

Posté par nuageetcailloux à 19:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 avril 2009

Si l'homme habitait le monde en poète ...

"Imiter le beau ? C'est une esthétique de carte postale.

L'artiste crée ; il ne copie pas.

Kant nous approche plus près du mystère. "Les beaux-arts sont les arts du génie", écrit-il. Mais qu'est-ce que le génie ? "Un talent ou un don naturel, répond Kant, qui donne à l'art ses règles". Peu importe que cette puissance créatrice soit innée, comme le veut Kant, ou acquise -elle est vraisemblablement l'un et l'autre. L'important, et qui donne raisons à Kant, c'est qu'elle ne donne des règles à l'art qu'en produisant "ce dont on ne saurait donner aucune règle déterminée." Le génie est le contraire d'un mode d'emploi, et pourtant ce qui en tient lieu. Il est irréductible à quelque règle que se soit (c'est ce qui distingue l'art de la technique et le génie du savoir-faire), mais en donne -dussent-elles rester toujours implicites et mystérieuses- à l'artiste et à ses successeurs. Le génie, en art, est ce qui ne s'apprend pas, mais qui enseigne. Ce qui n'imite pas, mais qu'on imite. C'est pourquoi, comme disait Malraux, "c'est dans les musées qu'on apprend à peindre": parce que c'est en admirant et en imitant les maîtres qu'on a une chance, peut-être, d'en devenir un."

Présentations de la philosophie, André Comte-Sponville.


flute

L'amour est un art. On ne le dira jamais assez.

Et puis même si, "on n'est pas sérieux quand on a 17 ans".

Posté par nuageetcailloux à 17:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


25 mars 2009

Outrage à celui qui rallume tous les Soleils

J'ai aujourd'hui deux choses à vous montrer ; je commencerai donc par l'actu la plus "choc".

jaures_fn_agoravox

Quelle insulte ! Quelle insulte au grand humaniste qu'était Jaurès ! Celui qu'on a tué parce qu'il prônnait la paix et l'amour entre français et allemands!
Quelle propagande ! Quelle propagande, rappelant le mensonge des nazis sur le nom du NSDAP ! Le parti national socialiste qui n'était en rien socialiste !
Quelle prétention ! Quelle prétention de ce Louis Aliot, qui se prend pour Dieu en osant toucher aux opinions politiques du plus vrai des socialistes !
Comment peut-on avoir l'audace de publier un tel mensonge, et de le revendiquer pour parvenir à ses fins ?

Mais où va la liberté, où va la république ?

Posté par nuageetcailloux à 18:54 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

21 mars 2009

A l'abri des autres

J'étais donc cet après-midi, en ville. Profitant d'une escapade de ma sœur dans les magasins cuir-fourrures-blackXS, je m'assis un instant pour observer le passage incessant des consomateurs. En un quart d'heure, j'ai vu un échantillon de la population belfortaine, parfaitement à l'image de la France d'aujourd'hui. J'ai vu la France se promener. Des papis, des mamies, amoureux encore après soixante années, emmitoufflés dans leurs manteaux matelassés démodés, stupéfaits par la jeunesse d'aujourd'hui. Des pauvres, aux vestes rapées et à la barbe mal rasée; des alcooliques, à l'odeur forte; des mamans avec leurs enfants hyperactifs; des grand-mères dépassées par les évenements; plusieurs prototypes du bel-homme : la quarantaine, le grand manteau noir, bien coiffé, bien rasé, écharpe colorée, jean moderne; des dames aux cheveux cachés par le voile, des jeunes ... Des pétasses-cuir-paillettes-fourrure-black XS avec des minets aux lunettes de soleil surdimentionnées, des coquettes, les baba-cools, avec les dreadlocks et les vestes hindoues, les gothiques, aux talons en acier, les filles aux robes en dentelle noire. Les artistes, de tout âge : les photographes, avec la sacoche ; les peintres, à l'air rêveur et au beret, les incompris, qui essayent de se démarquer des autres. Les couples, les vrais, ceux qui durent, et les faux, ceux qui sont juste pour un soir. Une prostituée. Un grand banquier, costume-cravate trop parfait. Un faux riche, sortant la gold de sa poche pour regarder l'heure sur sa Rolex marocaine. Les superficiels. Les malheureux. Les heureux. Les manifestants. Les malheureux. Les dépressifs. Les amoureux. Les avares. Les rêveurs. Les pauvres.
Tous ces gens, qui pensent ... Leurs existences qui se mêlaient les unes aux autres, comme de gros vers, de grosses masses informes, passaient à mes côtés ; la mienne fusionnait avec quelques unes, fuyait les autres. J'avais peur de la plupart. Mais, quel monstre suis-je pour considérer ainsi ces hommes, ces femmes, dont je connais rien ? Je me sentais seule ; aucun contact, de la froideur, aucun regard. Comme un mur. Comme un déchet de la société. Comme un clochard.

001

e    n    v    i    e    d'    u    n    e    l    e    t    t    r    e    d'    a    m    o    u    r     ?

L.O.V.E.
(Lutte Obsessive pour le Véritable Espoir)

(je raconte ma vie sur l'autre blog.)


Posté par nuageetcailloux à 19:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 mars 2009

Les petits tracas de la République

Les problèmes de la France, en tous points, (social, justice, militaire, économie...) sont-ils la faute de l'opinion publique ? Certains pourraient en être sûr : ils croient profondément en la démocratie, et s'imaginent que nos dirigeants sont le reflet de la société. Qu'ils se trompent ! Les dirigeants sont souvent des gens compliqués, qui dirigent un pays compliqué avec des lois compliquées pour des gens un peu moins compliqués. Alors, qu'est-ce qui ne va pas, dans notre petite France ?

1) Organisation politique & relations internationales.
- Des régions trop petites qui manquent de moyens, pas assez de décentralisation du pouvoir. ( oui, je suis pour la loi Balladur ; l'Etat fédéral fait partie de mon idéal communiste).
- Des ministères inutiles ; "ministère de l'immigration (&co.)" Séparons un peu plus les "autres" qui ne sont pas blancs, creusons le fossé entre les membres du cercle, et ceux qui sont au dehors.
- Un manque de respect pour la devise : "liberté, égalité, fraternité". J'aime cette devise. Mais ... Nous ne sommes pas libres.  Nous ne sommes pas égaux. Nous ne sommes pas fraternels. La société de consommation, la publicité, les médias influencés par le chef de l'Etat et son gouvernement, cela ne répond pas à ma définition de la liberté. Nous ne seront pas égaux tant que les plus riches pourront s'enorgueillir de l'être, et nous ne sommes pas fraternels : l'économie libérale fait naître en nous la compétition, l'envie de faire chemin seul pour réussir.
- Une Union Européenne trop peu solidaire : des contrats, des accords ... Oui, mais pour la crise, c'était un plan de relance européen, qu'il fallait prévoir. Comment peut-on résoudre un problème mondial au niveau national ? Aussi, les pays les moins influents (j'entends par là, les plus pauvres) sont mis à l'écart ; leur avis est moins important que ceux des trois grandes puissances européennes, Allemagne, France et R-U. Je souhaite aller vers une fédération d'Etat, et ainsi espérer, pour les anciens pays affaiblis par un communisme mal mené, un essor de leur poids politique.
- Nous sommes l'Etat des Droits de l'Homme, nous sommes un pays du nord, nous avons des écosystèmes très variés et une importante forêt. Pourquoi ne pas proposer une politique mondiale "verte"? Pouvons nous faire quelque chose pour la paix et le respect ? Cela paraît difficile, mais pourquoi ne pas essayer ?
- Nous oublions que tous les pays du monde n'ont pas notre niveau de vie. Développons le commerce équitable et arrêtons de penser que la mondialisation est le seul moyen d'avoir de bonnes relations avec les pays étrangers.

2) Société & économie
- Trop de différences entre les citoyens qui doivent être égaux en droits, devant l'Etat, mais aussi devant les autres citoyens.
- Les impôts doivent être plus lourds pour les plus riches, je dirait même jusqu'à 70% des revenus pour la dernière tranche, et abolition de la première.
- Un impôt européen pour chaque citoyen de l'UE (en mesure de le payer) pourrait financer des investissements utiles.
- Les homosexuels sont des femmes et des hommes ; pourquoi n'ont-ils pas le droit au mariage ? Et à l'adoption "légale" d'enfants ?
- Un manque de considération de la culture ; on se permet de couper en deux des films par de la pub. Eh, cela vous plairait que je coupe la Naissance de Vénus pour y mettre au milieu une pub Coca-Cola ? Les musées, expositions, récitals, concerts, festivals, représentations de théâtre ne sont pas valorisés.
- Un salaire minimum trop bas; le RSA est une arnaque.
- L' Etat donne une vision très négative des logements sociaux. Il faut revaloriser leur image, leur apparance, aussi.
- Trop, beaucoup trop, de sans abris, qui souvent, se sentent si délaissés qu'ils n'ont plus confiance en eux. Merci aux Restos du Coeur, de fournir aux plus démunis, ainsi qu'aux travailleurs pauvres une aide à la réinsertion, en plus de l'aide matérielle. Une aide gouvernementale doit leur proposer des foyers plus décents, et pourquoi pas une allocation ?
- Les banques font vivre la France, et c'est bien triste. Le gouvernement les privilégie en temps de crise, alors que se sont ses citoyens qui font un pays. Il serait temps de remettre au centre ce qui doit l'être. Je m'admire pas Lénine pour les atrocités qu'il a commises, mais, il faut avouer que son idée de supression de la monnaie, et son remplacement par le troc en était une bonne. Rendons l'argent utile, alors.
- Des fonctionnaires oubliés du gouvernement et délaissés. L'éducation devrait être la priorité de l'Etat, pas seulement en terme de "budjet". Elle forme de futurs citoyens, qui, grâce à leur esprit critique, à leur culture et à leur intelligence, pourront nous aider à aller vers un monde meilleur. L'éducation, c'est la voyante qui regarde le futur dans sa boule de cristal. Ensuite, devrait venir la santé ; les médecins et les infirmières préserve la vie. la Vie. Rien ne vaut une vie. L'importance du Planing Familial est-elle méconnue des ministres ? Qui peut rammener la raison à notre président ?
- Nous n'avons pas besoin d'une telle armée. Nous avons plus besoin de diplomates, de places supplémentaires dans les IEP.
- Restaurez le juge d'instruction ! C'est un problème constitutionel qui se pose. Les pouvoirs doivent être séparés.
- Trop de délabrement des prisons. Les coupables doivent être punis, mais, dans des conditions de vies humaines, dans des établissements pénitentiers où ils ne sont pas entassés comme des concentrationnaires.
- Une solution à la crise, plutôt que de privilégier les banques ? Nationaliser les industries et quitter, au moins un temps soit-il, le libéralisme économique.

Voilà les problèmes qu'il faut résoudre au plus vite. Ils sont une entrave au développement, et en temps de crise, un poids que la France doit traîner derrière elle. Le grand nez de Chirac n'a pas changé grand-chose à tout ces problèmes. Les grandes oreilles de Sarkozy ont ajouté des problèmes à la liste déjà longue. Mais que faire, que faire, pour que nos dirigeants n'oublient pas qu'ils doivent agir en fonction du peuple et non de leurs électeurs ?

Posté par nuageetcailloux à 13:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

05 mars 2009

"Nous approchons du point de non-retour"

J'ai lu, dans mon super philo-mag, un article d'un professeur de théorie politique à l'université de Genève, Alexis Keller. Ce grand gars pas vraiment connu est en fait, le principal négociateur du traité de Genève en 2003. L'article portait sur la guerre israëlo-palestinienne, et j'ai bien réfléchi.
Lui, pense que la paix entre les deux belligérants s'éloigne, qu'elle est de moins en moins possible : "il y a une date de péremption à la solution dite des deux États. Et nous approchons du point de non-retour."

livres_photos_960_02

Plus le temps passe, et plus je pense que la cohabitation pacifique d'Israël et de Palestine est impossible. Voilà plus de 70 années qu'ils sont en guerre ; les quelques tentatives de paix ont échouées. Les États-Unis fournissent les armes d'Israël, l'Europe tente de défendre tant bien que mal la Palestine. Mais comment faire pour stopper ce conflit mondial ? Parce oui, il est mondial. Les plus grandes puissances y défendent leurs propres intérêts. Le boycott des armes américaines ? Une intervention digne de ce nom des Casques Bleus ? Une discute avec le Hamas ? Pour ma part, elle serait la solution. Le sionisme du début du XX° siècle doit être compris par ses dirigeants. Créer une entente, des accords commerciaux, peut-être, entre Palestine et Israël, et une supervision, un appui aux polices de chacun des États par les Casques Bleus. Mais c'est à ce point là, que se pose le problème majeur: la démocratie risque vite de perdre sa valeur, dans des pays déjà fragiles. Alors, la presque démocratie et la guerre, ou la dictature et la paix ?

(photo Véronique Duhaut)

Posté par nuageetcailloux à 21:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 février 2009

Dans l'air du temps.

affweb

Oh, je ne fais pas de la pub pour le Granit, même si j'aimerais bien. J'adore juste cette photo.

Cet article est complètement inutile.

Posté par nuageetcailloux à 16:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]